Accueil > Informations locales > Conseil Scientifique, comptes rendus > CS du 14 avril 2008

CS du 14 avril 2008

dimanche 1er juin 2008, par Dominique Archambault

1. Approbation des PV des précédents CS
Le président met au vote les PV des CS des 14 et 21 mars 2008. Le PV du CS du 14 mars est accepté.

A propos du CS du 21 mars, Pierre Aucouturier demande que la question qu’avait posée F Couraud sur le caractère représentatif du bureau du CS soit ajoutée. FC est chargé de rédiger une phrase à ajouter au PV. Moyennant cet ajout, le PV du CS du 21 est accepté.

2. Allocations Post-doc de la région Île-de-France
Le CS est amené à se prononcer sur les propositions faites par le Directoire de la Recherche pour les allocations post-docs région IdF ‘hors DIM’ (‘Domaines d’Intérêt Majeur’, définis par la région). Les Post-doc dans le cadre des DIM seront présentés lors d’un futur conseil. On apprend aussi qu’il y aura, prochainement, un appel pour 13 bourses post-doc ‘UPMC’, indépendamment.

Les candidatures, présentées par Nelly Lacome au nom du Directoire de la Recherche, sont réparties dans les 3 thèmes imposés par la région (excluant les thèmes ’DIM’) :
- Mathématiques (hors informatique)
- Optique (mise en oeuvre de dispositifs optiques et non utilisation) et Astrophysique (priorité aux projets interdisciplinaires)
- Chimie verte et éco-matériaux.

Le directoire a travaillé par ‘sous-groupes’ pour classer les demandes. Les dossiers ont été examinés par des membres du directoire. Des ‘petits rapports’ sont disponibles à la direction de la recherche.

La région demande aux établissements de proposer 2 projets par thème. Considérant la taille de l’UPMC par rapport à d’autres établissements plus petits qui pourront aussi proposer autant de candidatures, le directoire a décidé de constituer en plus de ces 2 candidatures par thème une liste complémentaire de 1 ou 2 candidatures.

En Maths, sur 6 projets 2 sont sélectionnés et 2 placés en liste complémentaire. En chimie verte, il n’y a que 3 projets. L’un d’entre eux risque d’être placé en DIM par la région, il sera placé en liste complémentaire.

NOTE : La présentation faite par le directoire est principalement basée sur des arbitrages de labo et l’aspect formel de la candidature. Le contenu scientifique n’est qu’évoqué rapidement au travers du titre du projet, avec des appréciations générales sur la bonne qualité scientifique des projets. Les membres du CS n’ont eu accès ni aux dossiers ni aux rapports.

Question de AV : est-ce que d’une manière générale, le Directoire va exercer le choix et le Conseil n’aura pas accès aux dossiers ?
Réponse de la représentante du directoire : Quand les délai le permettront les dossiers seront accessibles au bureau des élus. Dans beaucoup de cas c’est trop juste. Par exemple la deadline pour les candidatures dont nous parlons était le 7, et la réunion du directoire (Nelly Lacome) a eu lieu jeudi dernier. Néanmoins les dossiers seront accessibles au bureau des élus ’quand on peut pas le faire d’avance on le fera après’.

NOTE : on se demande a quoi cela sert après les décisions prises.

La proposition faite par le directoire est mise au vote et acceptée à l’unanimité.

3. Sélection des thèmes des chaire internationales

Dans le contrat quadriennal en cours, des chaires internationales `environnées’ ont été mises en place. L’UPMC propose un support de professeur, et des locaux, et l’environnement (allocations de thèse, post-docs...) est constitué en collaboration en l’UPMC et les partenaires (CNRS, INSERM, Ministère).

Il était prévu de créer 5 chaires de ce type par an depuis 2006 (d’une durée de 4 ans, avec possibilité de faire un recrutement si cela marche). De nombreux problèmes se posent lors du recrutement de professeurs étrangers : problèmes administratifs, problèmes de niveau de salaire et de cotisations retraite, utilisation de l’acceptation du dossier à l’UPMC pour faire monter les enchères chez eux, activité du conjoint. Certains appels d’offres ont été infructueux ; finalement seulement 6 chaires ont été mises en place et 1 n’est pas pourvue actuellement.

Là encore le CS est amené à se prononcer sur un classement proposé par le directoire de la recherche. Les critères étaient le sujet, la ‘qualité’ du demandeur, et les CV de candidats proposés.

Il s’agit de la dernière tranche et la direction de la recherche a lancé un appel en direction des équipes de recherche à propos des profils souhaités. Les équipes devaient fournir aussi un CV d’une personne sérieusement intéressée. 8 candidatures ont été reçues, dont une a déjà été acceptée précédemment et va se mettre en place, mais le titulaire est depuis 2 ans sur un statut de Prof invité.

La proposition faite par des membres d’un est rejetée car considéré comme ’insuffisamment préparée’ : le directeur du labo n’a pas été consulté ni le Conseil Scientifique du labo. Concernant la qualité du candidat, le dossier a été jugé très positivement.

NOTE : Le problème semble résider principalement dans le fonctionnement dudit labo et il semble dommage de pénaliser une équipe à cause de problèmes de fonctionnement au niveau du labo. De plus, l’avis des labos n’était pas demandé officiellement par l’UPMC.

Proposition est faite (par le directoire, poussé par JCP) de faire un message a ce labo pour demander à ce que son conseil scientifique s’en saisisse. Il semble que la proposition faite pas les élus SNESUP que l’avis du CS du labo soit demandé clairement ait été entendue.

NOTE : cette fois encore le Conseil doit se prononcer sur des candidatures sans avoir eu accès aux dossiers ni aux rapports. Une discussion suit concernant la nécessité, réclamée de façon plus ou moins nette par plusieurs membres du CS, de disposer des rapports d’experts. Le président répond qu’il faut impérativement anonymer ces rapports, et que le problème de la confidentialité qui se pose déjà un peu dans le Directoire se pose encore bien plus avec le CS.
Nous devrons, comme le souligne Jean-Luc, nous demander quel est notre rôle au CS si nous n’avons pas accès de façon large et anticipée aux documents permettant les évaluations.

AV : on retient qu’il y a des projets « pas mûrs » qui pourraient êtres reproposés dans le futur.
La représentante du directoire indique que des rapports courts et circonstanciés ont été faits par des rapporteurs extérieurs et/ou par des membres du directoire.

JC demande à ce que le conseil ait accès aux rapports des rapporteurs.
JPC est d’accord à condition que les rapports soient anonymés. La confidentialité dans les conseils est problématique.
Représentante du directoire (Nelly Lacome) : les dossiers complets et les rapports sont consultables au bureau des élus.

JC demande à ce qu’un bilan des chaires qui ont été attribuées soit proposé à la discussion du CS, afin d’évaluer les apports, les résultats. Il faudrait associer le CS à la démarche générale.
Directoire : un état des lieux existe ;
JC : une des séances du CS pourrait avoir une discussion sur ce sujet.

Olivier Sandre : est-ce que les conditions sont identiques pour toutes. enseignement, parfois participation à l’administration (direction de labo).
Directoire : il n’y a rien de totalement figé. le traitement est celui d’un PR1 associé. Chaque candidat à ses propres demandes (allocations de thèse, etc).
Le CS doit se prononcer sur l’opportunité scientifique de créer une chaire sur un sujet donné. L’environnement sera vu après.

JLS à propos de la méthode de travail. Le problème c’est qu’on doit se prononcer sur des dossiers qui ne sont pas nécessairement de notre compétence [scientifique] et sur la base de rapports qui ne sont pas accessibles. Comment faire ?
JCP ne veux pas faire circuler les rapports par email. Les élus peuvent venir les consulter au bureau des élus.
JLS : Ils pourraient être à disposition dans la salle du Conseil (comme par exemple au comité national)
Directoire : les dossiers sont là ; pas les rapports car ils ne sont pas anonymes.

Question : à propos du bilan. c’est la dernière année du quadriennal. Il est important de savoir comment cela c’est passé pour savoir s’il y a lieu de continuer tel quel dans le prochain quadriennal et s’il y a des choses à modifier.
Question : quels sont les critères d’attribution ?

Les rapports AERES sont revenus, pour les labos demandeurs on peut aller voir les évaluations. les membres du directoire ont des compétences assez larges. Des rapporteurs extérieurs ont été consultés en quelques mots pour savoir s’ils pensaient que le sujet était intéressant scientifiquement.

La liste est adoptée à l’unanimité.

4. questions diverses
1 question est proposée au conseil restreint (changement de section CNU).

Aucune autre question n’est acceptée. JCP indique que les questions diverses doivent être communiquées 48 heures à l’avance.